Vous êtes ici : Accueil / Modules / Actualités / Réforme des rythmes scolaires : retour sur la rencontre a...

Réforme des rythmes scolaires : retour sur la rencontre avec l'Inspecteur de l'Education Nationale de la circonscription de Saint Gilles Croix de Vie

Le mardi 7 mai 2013, Gilles Joseph, Inspecteur de l'Education Nationale de la circonscription de Saint Gilles Croix de Vie , était à Saint Gilles Croix de Vie pour présenter aux familles la réforme des rythmes scolaires, en présence de Patrick Nayl, Maire, et d'Helen Blanchard, Adjointe au Maire en charge des Affaires scolaires.

Penser l’école comme un lieu de vie et d’éducation, telle est la vocation première de cette refondation des rythmes scolaires.

Pourquoi cette réforme ? Que va-t-elle apporter à l’enfant ?

Le gouvernement est parti du constat suivant :

  • Un nombre de jours d’école le plus faible d’Europe avec une moyenne de 144 jours /an pour 187 au sein de l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE).
  • Une semaine courte avec 4 jours d’école/semaine pour 5 voire 6 chez la plupart des européens.
  • Une année scolaire concentrée sur seulement 36 semaines.
  • Un volume horaire annuel d’enseignement très important avec 864 heures/an contre 774 à 821 heures/an en moyenne au sein de l’OCDE.

Les objectifs présentés sont :

  • une meilleure organisation du temps scolaire,
  • une meilleure répartition des heures de classes,
  • une meilleure articulation des temps scolaires et périscolaires.

Principales modifications suite au décret sur les rythmes scolaires

Avant la réforme

Après la réforme

Journée

6 h d’enseignement

5 h 30 maximum d’enseignement

3 h 30 maximum par ½ journée

1 h 30 minimum de pause méridienne

Semaine

4 jours de classes

24 h d’enseignement

4, 5 jours de classe

24 h d’enseignement

3 h « nouveau temps périscolaire » à charge de la commune

Année

144 jours de classe

864 h de cours

50 h d’aide personnalisée

180 jours de classe

864 h de cours

36 h d’activités pédagogiques

complémentaires à la charge de l’école

Cette réforme est mise en place pour alléger les temps d’enseignement scolaires et non pour « réduire » la durée de présence des enfants dans l’enceinte de l’école.

Elle poursuit avant tout un objectif pédagogique : mettre en place une organisation du temps scolaire plus respectueuse des rythmes naturels d’apprentissage et de repos des enfants . L’enfant est régi par des rythmes biologiques qui lui sont propres, impliquant des temps de fatigabilité et de concentration répartis sur certains moments de la journée.

Ainsi il est nécessaire de repérer ces différents temps plus ou moins favorables à l’apprentissage dans le but d’optimiser les capacités de concentration des enfants.

En allégeant des temps d’enseignement par une répartition sur quatre jours et demi, cela va permettre de mieux articuler et « replacer » ces derniers à des moments de la journée où la faculté de concentration de l’enfant est la plus favorable, permettant ainsi une meilleure assimilation des connaissances, donc une réussite éducative pour tous .

Qu'est-ce que les Activités Pédagogiques Complémentaires (APC) ?

Les APC font partie intégrante des obligations de service des enseignants mais ne sont pas obligatoires pour les élèves . Cette participation nécessite l’accord des parents.

Elles représentent 36 h par enseignant et par an, et se répartissent sur 3 axes :

  • Aide personnalisée,
  • Aide dans l’accompagnement méthodologique,
  • Activités en lien avec le projet d’école.

Qu’est-ce que les Activités Éducatives Périscolaires ?

Ces activités sous la responsabilité de la collectivité sont proposées en cohérence avec les projets d’école par les équipes d’animation de la commune . Elles peuvent aussi être assurées par des associations ou intervenants extérieurs dans le cadre de conventions complémentaires.

Ces activités vont permettre aux enfants de bénéficier d’activités ludiques afin de développer la découverte et la pratique d'activités sportives, artistiques et culturelles.

Le temps des activités périscolaires est défini selon les horaires de début et de fin de l’école ainsi qu’à l’horaire de la pause méridienne (temps du midi intégrant le service cantine et la surveillance de cour à la charge de la collectivité). Les activités proposées dans ce cadre n’ont pas de caractère obligatoire, mais chaque enfant doit avoir la possibilité d’en bénéficier.

Pour structurer au mieux les différents temps de l’enfant , les collectivités territoriales devront développer et prendre en charge ces activités périscolaires pour apporter une cohérence éducative avec le temps scolaire. Ces actions s’inscriront dans un PEDT.

Qu’est-ce qu’un Projet Éducatif Territorial (PEDT) ?

Le PEDT formalise une démarche permettant aux collectivités territoriales de proposer à chaque enfant un parcours éducatif cohérent, pendant et après l’école, organisant ainsi, dans le respect des compétences de chacun, la complémentarité des temps éducatifs. Cet outil de collaboration locale se doit de rassembler, à l’initiative de la collectivité, l’ensemble des acteurs intervenant dans le domaine de l’éducation.

Le PEDT prend en compte l’offre périscolaire existante et peut s’appuyer sur les différents dispositifs existants sur la commune : le Contrat Enfance Jeunesse (CEJ) et le Projet Educatif Local (PEL).

Un comité de pilotage réunit l’ensemble des acteurs pour élaborer et suivre la mise en œuvre du PEDT.

Les écoles privées sont-elles tenues d’appliquer la réforme des rythmes scolaires ?

Non. Le décret relatif à l’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires ne concerne que les écoles publiques. Les écoles privées sous contrat ne sont donc pas contraintes d’appliquer cette réforme. En effet, les écoles privées organisent librement la semaine scolaire. Toutefois, la volonté du gouvernement étant que la semaine des quatre jours et demi se généralise à un maximum d’enfants, les écoles privées sous contrat seront incitées à adopter cette nouvelle organisation du temps scolaire.

Retour à la liste des actualités


Les autres actualités

<
>

Plus d'informations - Infos +

Mise en application de la réforme à la rentrée 2014 :

Le projet réalisé sera adressé au DASEN (Directeur Académique des Services de l’Education Nationale) après avis de l’IEN (Inspecteur de l’Education Nationale) de la circonscription.

Haut de page