Vous êtes ici : Accueil / Modules / Actualités / La pêche à la sardine de Saint Gilles Croix de Vie inscri...

La pêche à la sardine de Saint Gilles Croix de Vie inscrite à l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel de la France

En octobre 2018, la pêche à la sardine de Saint Gilles Croix de Vie a été inscrite à l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel de la France. Cette reconnaissance consacre le savoir-faire local de toute une filière, transmis de génération en génération. La tradition sardinière de notre cité maritime sera ainsi valorisée toute l’année au Pays de Saint Gilles Croix de Vie.

Cette décision fait suite à une enquête lancée par le Ministère de la Culture en marge de l’arrivée de la première sardine le 5 mai 2018. Avec l’appui de la Fédération Nationale des Sites Remarquables du Goût et la ville de Saint Gilles Croix de Vie, l’association locale des Sites Remarquables du Goût a suivi le dossier pour obtenir le classement de la pêche à la sardine de Saint Gilles Croix de Vie au Patrimoine Culturel Immatériel de la France.

A chaque territoire, son produit phare. La sardine de Saint Gilles Croix de Vie est indiscutablement l'emblème de tout un territoire ! Sa réputation n’est plus à faire. Le petit poisson bleu fait la fierté de Saint Gilles Croix de Vie en étant le premier poisson sauvage à avoir obtenu la fameuse distinction Label Rouge. Soigneusement sélectionnées par des pêcheurs, les sardines sont pêchées entre avril et octobre. Elles sont débarquées à la criée dans un délai de 12 heures maximum après leur pêche et sont transformées dans un délai de 24 heures maximum dans le canton. Le port de pêche déverse chaque année plus de 2 300 tonnes de sardines frétillantes. Une fois à terre, les sardines sont vendues fraîches ou triées avant d’être mises en conserve, dans la dernière conserverie encore en activité, la conserverie des Dieux. La sardine a apporté à la commune la distinction de « Site remarquable du goût ».

Reportage : E. Soulard, D. Raveleau, F. Thibert (07/2017) - France 3 Pays de la Loire

Un petit peu d’histoire…

La vocation maritime de Saint Gilles Croix de Vie ne date pas d’aujourd’hui. La pêche à la sardine apparaît dans la région et sur la côte atlantique au XVIIe siècle. Dans la première moitié du XVIIe siècle, les Maures introduisent une technique de pêche qui va profondément bouleverser la vie économique de la région : la pêche au filet droit, permettant la capture de grandes quantités de sardines. Grâce à ce procédé, la pêche à la sardine connaît un fort développement à la fin du XVIIIe siècle, renforcé par l’intervention des procédés de conservation, et notamment la conserve à l’huile en 1840. La conserverie rend l’industrie sardinière prospère. En 1888, on dénombre 13 conserveries sur Saint Gilles sur Vie et Croix de Vie, contre une seule aujourd’hui : la conserverie Gendreau. Le port de Saint Gilles Croix de Vie figure parmi les principaux ports sardiniers de France. Depuis 1990, la Confrérie de la Sardine est devenue l’ambassadrice du petit poisson argenté.

La sardine, star de la fête

Pour fêter dignement le début de la saison de la sardine, des nombreuses animations sont déclinées pendant 2 semaines, sur le Pays de Saint Gilles Croix de Vie au printemps : c'est le Printemps de la Sardine ! L’arrivée de la Sardine de Printemps marque ensuite le point d’orgue de ces 2 semaines d’animations. Les bateaux de pêche quittent le port vers 5h, pour traquer ce petit poisson sauvage. Leur retour a lieu en début de matinée. Une manifestation conviviale débute ensuite, avec la participation de groupes folkloriques locaux. A cette occasion et comme le veut la tradition, le premier panier de 100 sardines fraîches est offert au Maire. La présence d’une trentaine de chefs restaurateurs en tenue de cuisinier apportera une touche festive à la manifestation. Les pêcheurs pourront ensuite vendre au public leur pêche à bord de leur bateau.

La sardine dans votre assiette

Mais, qu’elle soit serrée en boîte ou préparée fraîche, la sardine se cuisine sur quatre saisons. En été on apprécie la sardine grillée au barbecue, tout juste parsemée de gros sel ou marinée dans de l’huile aromatisée. Hors saison, les rillettes de sardines font toujours recette. Les gourmets lui donnent aussi des couleurs marocaines en les farcissant à la chermoula, un accent provençal en escabèche ou des notes tahitiennes avec des citrons verts et des graines de coriandre. Pendant la saison de la pêche, les restaurateurs locaux la cuisine simplement (grillée avec des pommes de terre primeurs) ou l'intègre dans de délicieuses recettes.

Retour à la liste des actualités


Les autres actualités

<
>

Plus d'informations - Le Patrimoine Culturel Immatériel, c’est quoi ?

Le Patrimoine Culturel Immatériel, c’est quoi ?

« Chaque État-partie doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel présent sur son territoire. Il doit s’attacher à identifier et définir les différents éléments du patrimoine culturel immatériel présents sur son territoire, avec la participation des communautés, des groupes et des organisations non gouvernementales pertinentes. Pour assurer l'identification de ce patrimoine en vue de sa sauvegarde, chaque État partie doit dresser un ou plusieurs inventaires du patrimoine culturel immatériel présent sur son territoire. Ces inventaires font l'objet d'une mise à jour régulière. » (Convention Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003, art. 11 et 12) L’inventaire du patrimoine culturel immatériel en France est tenu et mis à jour par le ministère de la Culture (direction générale des Patrimoines). Le département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique (DPRPS), qui coordonne la mise en œuvre de la Convention de 2003, est chargé de l'Inventaire du PCI en France. L'inclusion à l'Inventaire national se fait principalement par le biais d'enquêtes réalisées avec la participation des communautés détentrices de PCI, en partenariat avec des organismes de recherches et des associations culturelles. Elle peut aussi être demandée directement par les porteurs de traditions. La demande d'inclusion est soumise à l'examen du comité du Patrimoine ethnologique et immatériel (CPEI). L'inclusion est obligatoire pour présenter un dossier de candidature sur les listes du PCI de l'humanité (Unesco) : Elle est l'un des cinq critères requis pour que la candidature soit approuvée par l'Unesco.

Haut de page